éditions workshop19                                                          choisissez votre langue »

Les mécaniciens du livre, réparateurs de véhicules et moteurs culturels en panne

 

ATELIER TUNISIEN DE CRÉATION

Actualités
Lundi Décembre 10, 2018

25
Ao 2013
PDF
Imprimer
Envoyer
Écrit par W19

"Je crois que nous ne devrions lire que des livres qui vous piquent et vous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous donne pas un grand coup de poing sur la tête pour nous réveiller, pourquoi lire ce livre ? Parce que son écriture vous rend heureux ? Mon Dieu, nous pourrions aussi être heureux sans livres, et nous pourrions à la rigueur écrire nous-mêmes des livres qui nous rendent heureux. Mais ce dont nous avons besoin, ce sont de livres qui nous atteignent comme un malheur, comme la mort de quelqu’un qui nous est plus cher que nous-mêmes, comme un bannissement au fond des forêts, loin de tout être humain, comme un suicide. Un livre doit être la hache qui brise la banquise au fond de nous. C’est ce que je crois."

Lettre de Kafka à son ami Oskar Pollak en 1904, cité par Alberto Manguel dans Une histoire de la lecture,  p.118, Babel

 

Avec la publication de leur premier livre en arabe, les éditions workshop19 abordent le deuxième chapitre de leur jeune histoire. Après plusieurs mois de recherches, de lectures et d'échanges, nous avons choisi de commencer notre activité d'éditeurs arabophones en publiant un recueil de dix histoires courtes de Farouk Ferchichi, un jeune ingénieur et blogueur qui écrit principalement en arabe littéraire, tout en injectant de l'arabe dialectal tunisien dans les dialogues de ses personnages.
Ce recueil, intitulé "Passer la ligne", est susceptible de marquer le début d'une nouvelle époque de la littérature tunisienne de langue arabe, celle de l'après-dictature qui n'est pas encore la démocratie. Dans une société en ébullition, qui cherche son chemin, la littérature écrite a son rôle à jouer.
Tout d'abord un rôle de miroir, en renvoyant la société une image d'elle-même qui amène les lecteurs à s'interroger et à réfléchir à partir de la surprise, de l'amusement, de l'étonnement, du "shocking" suscités par la lecture.
Ensuite un rôle de "tour operator", emmenant le lecteur dans un voyage aux étapes inattendues, imprévues, au cours desquelles il ou elle se découvrira lui ou elle-même à partir d'un fait, d'une description, d'une péripétie, d'un personnage, bref un détail du récit né de l'imagination de l'auteur.

Puis un rôle de multiplicateur de vies. En lisant les aventures de personnages imaginaires, je peux m'identifier à eux, me mettre à leur place, rêver de la prendre, bref envisager moi-même de changer de vie.

Enfin, un rôle de catalyseur. Tout écrivant est d'abord un lecteur. C'est avant tout en lisant qu'on ressent l'envie d'écrire. Nous espérons donc que des nouveaux et nouvelles auteur-es apparaîtront parmi les lecteurs et lectrices qui auront été "mordu-es et piqué-es" par la lecture des histoires de Farouk Ferchichi. Nous sommes à leur disposition.

FG/RBF, 16/8/2013

 


 

Mots-clé:Farouk Ferchichi  Littérature arabe  Tunisie  

Share
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

 

 

calendrier W19

December 2018
S M T W T F S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Recevez nos actualités

Statistics

Membres : 4
Contenu : 84
Liens internet : 6
Affiche le nombre de clics des articles : 1832769

défaut de fabrication

pile livres